Guide du jardinage urbain

Vous voulez jardiner et cultiver votre nourriture saine, mais les limites de la vie urbaine vous freinent dans vos projets? Choisir la bonne méthode de culture vous permettra d’optimiser votre production même en espace réduit. Vous serez en effet surpris par ce que vous pouvez cultiver dans un espace limité !

Les plantes ne nécessitent pas toujours beaucoup d’espace pour grandir contrairement aux croyances populaires. En supposant que vous avez déjà accès à l’eau et au soleil, tout ce que vous devrez trouver sont des graines, du substrat et un peu de temps. A vous les joies du jardinage urbain aussi appelé urban farming, ou agriculture urbaine.

 

guide-jardinage-urbain

Traduction libre du document anglais de Connor Amstrong.

 

Nous pensons que tout le monde devrait être en mesure de profiter de l’accomplissement de la culture des plantes, des fleurs qui ravissent vos yeux, ou des légumes qui satisfont votre estomac.

Dans ce petit guide, nous allons décrire cinq approches minimalistes d’un jardin et peu importe de combien d’espace vous disposez pour réaliser ce projet !

Avec un peu de créativité, nous pensons que n’importe qui peut utiliser ces techniques de jardinage minimalistes afin de maximiser son espace et faire pousser des choses d’incroyables.

 

jardiner-balcon

 

OPTION 1:  JARDINAGE TRADITIONNEL

Comment définir le jardinage traditionnel ? C’est avoir une parcelle de jardinage avec de la terre arable et la transformer en un espace de croissance. Dans l’histoire urbaine, on appelle cela du jardinage libre et de la culture de terrain vacant.

Par rapport aux autres méthodes, telle que la culture en pots, cette façon d’aborder le jardinage peut être la plus difficile pour s’adapter à la vie citadine. Pourtant, si vous avez un petit espace ou une bande de terrain en bordure de rue, vous pourriez être en mesure d’y parvenir. Il suffit de regarder ce que fait Ron Finley au sud de Los Angeles !

ron-finley

 

VOUS AUREZ BESOIN :

 

Espace

L’espace requis dépend du type et de la quantité de plantes que vous voulez cultiver. Vous pouvez cultiver 36 fraisiers avec 2 m², alors qu’un seul plant de courge peut nécessiter 1,2 m².

Lumière du soleil

La lumière du soleil peut être un problème dans les villes parce que les immeubles avoisinants ombrageront probablement votre terrain pendant une bonne partie de la journée. Vous pourrez également envisager de planter des cultures adaptées à des zones plus ombragées, mais même celles-ci exigeront au moins une heure ou deux de lumière directe du soleil par jour. En outre, des emplacements plus ombragés requièrent davantage d’espace entre les plantes et pas toutes les plantes peuvent synthétiser la lumière rapidement. Sélectionner les espèces qui correspondent à votre configuration est donc crucial.

Si vous choisissez de jardiner avec des plates-bandes surélevées, les mêmes contraintes s’appliquent.

Sol

Dans de nombreuses villes, le sol a été souillé. Débris de constructions, mouvement des égouts et de la saleté, déchets industriels et autres facteurs de l’urbanisation contribuent à ce que les sols de ville aient souvent perdu une grande partie de leurs vertus fertiles et pourraient être dangereux. Il est important de déterminer la santé de votre sol.

 

Une chose à garder à l’esprit est l’acidité de votre sol. Selon des études récentes, la plupart des plantes se développent mieux dans un sol ayant un pH autour de 7.0. Vous

pouvez ajuster l’acidité en ajoutant des engrais et du compost, mais vous devez être sûr

que ce que vous ajoutez correspond à ce dont vous avez besoin. Si vous voulez faire du jardinage minimaliste, les ajustements du sol peuvent être un peu trop complexes, et vous voudrez peut-être choisir une méthode différente.

 

Enfin, vous aurez besoin d’un sol qui permettra aux racines de s’étirer en profondeur. Dans certains endroits, l’argile est le type de sol dominant sous la terre arable, et il est trop dense

pour beaucoup de plantes pour qu’elles étendent leurs racines profondément. Il est primordial de bien se renseigner et d’obtenir des conseils sur les besoins en profondeur par type de plante.

 

Irrigation

Comme avec la lumière du soleil, les besoins en eau dépendront du climat et du type de plantes que vous souhaitez cultiver. Fondamentalement, vous aurez besoin d’être en mesure d’apporter de l’eau à votre jardin sur une base régulière, et à prendre en compte les précipitations afin de déterminer combien d’eau vos plantes reçoivent. Sans ça, vous serez vite perdus. Si l’eau est limitée ou rationnée comme en période de sécheresse, vous serez coincés avec des cultures résistantes au manque d’eau.

 

Voici un tableau synthétique des besoins en eau des légumes les plus courants :

tableau-besoins-plantes

echelle-besoin-plantes

Les fournitures

urban-gardeningSi vous commencez un jardin traditionnel dans votre pelouse, vous aurez à nettoyer les plantes qui sont déjà là, ce qui signifie creuser et labourer. Si votre sol est trop alcalin ou tout simplement trop dur pour une bonne croissance, vous aurez envie de jardiner avec certains engrais et compost. Pour le minimaliste, une pelle et une truelle seront des outils assez suffisants. Et, bien sûr, vous aurez besoin de plantes, même si vous pouvez commencer à partir de graines semées directement dans votre jardin.

 

Temps

Une fois que vos plantes sont dans le sol, vous aurez besoin de trouver le temps pour l’arrosage, le désherbage, et vérifier les ravageurs et les maladies. Vous pouvez compter aussi le temps de la récolte. Si vous êtes attentifs sur le désherbage et l’examen de vos plantes une fois par jour, les dépenses en temps sont minimes et peu énergivores. Si vous êtes laxistes, vos samedis après-midi vont se transformer en fêtes du désherbage.

 

OPTION 2:  JARDINER DANS DES POTS OU ZONES SURÉLEVÉES

Pour les producteurs minimalistes qui ne peuvent pas cultiver dans un jardin traditionnel, la culture de légumes en pots ou en zone surélevée est une solution. Vous pouvez utiliser n’importe quel contenant pour vos cultures, du simple pot de café jusqu’à la vieille chaussure !

fertiliser-sol-jardinage-urbain

VOUS AUREZ BESOIN :

sol-fertile-en-ville

Espace

Encore une fois, cela dépend de vos objectifs. En utilisant les informations que l’on vous a données plus haut, vous pouvez déterminer combien de légumes vous pouvez planter en fonction de la taille de votre zone de culture. La chose à considérer ici est la profondeur. Dans un jardin traditionnel, la saleté du sol s’évacue. Dans une casserole ou un lit de culture en hauteur, les racines ne peuvent aller au fond du récipient et continuer de grandir. Compte tenu de l’espace limité de la racine, vous aurez probablement besoin de plus d’espace entre vos plantes que vous le feriez dans un jardin traditionnel.

 

Lumière du soleil

La capacité de bouger vos pots ou jardinières dans l’endroit le plus ensoleillé rend cette option attrayante. Parce que ces jardins minimalistes permettent d’aller où vous voulez, vous pourriez même cultiver dans un placard avec de la lumière artificielle. Imaginez simplement la scène suivante : vous ouvrez votre placard et vous voyez un cadre verdoyant !  Bien sûr le prix à payer est de laisser tout le temps la lumière sur votre garde-robe.

 

Sol

Le bénéfice primaire du jardinage dans des pots ou en lits surélevés est le contrôle de la qualité des sols. C’est vous qui créez le sol, vous pouvez alors aisément contrôler sa richesse en éléments nutritifs et vous assurer qu’il n’est pas contaminé. Toutefois, si vous voulez jardiner avec du compost ou de l’engrais, vous aurez moins d’espace que dans un jardin traditionnel en raison de la profondeur et du volume réduit. Si votre culture ou vos pots sont posés sur le sol, notez que le sol urbain est souvent contaminé, la saleté transportée par des chaussures par exemple, pourrait causer quelques problèmes. Essayez de mettre votre jardin dans un endroit où il sera protégé des agressions extérieures.

sol-jardinage-urbain

Irrigation

Les lits surélevés sont difficiles à déplacer une fois qu’ils sont remplis, les mêmes règles que pour les jardins traditionnels seront applicables. Pour les pots et jardinières, vous pouvez les garder à l’extérieur pendant qu’il pleut jusqu’à ce qu’ils aient assez d’eau et les mettre ensuite dans un endroit sec. Si vous gardez vos jardins dans un endroit ensoleillé mais à la fois couvert comme un balcon, vous pouvez contrôler l’arrosage en gardant un pichet à portée de main.

 

Les fournitures

Évidemment, vous aurez besoin d’avoir à portée de main tout le nécessaire pour bien jardiner. À partir de là, un sol, des graines, une truelle, et un arrosoir ou un pichet devraient suffire.

 

Temps

Si vous établissez ce jardin dans votre cour, vous pourriez avoir une dépense de temps associée avec le désherbage : les mauvaises herbes pourraient se faire expulser par le vent qui peut transporter leurs graines. Si vos cultures sont situées loin de la croissance naturelle, le désherbage ne devrait pas être un problème, mais vous courez toujours le risque des oiseaux faisant tomber diverses graines, ou bien des mauvaises herbes transportées avec l’aide du vent. Après l’installation, vous passez du temps à vous concentrer principalement sur l’eau et à déplacer vos cultures en fonction de la lumière du soleil.

 

OPTION 3:  JARDINER SUR LES TOITS

Si votre propriétaire et les codes municipaux le permettent, et si c’est en sécurité, jardiner sur les toits peut être une excellente option pour les minimalistes. Vous libérez votre espace et arrivez toujours à faire pousser des plantes, rendant l’espace inutilisé du toit de votre immeuble en un espace parfait pour la culture de plantes, bien sûr si la surface est suffisamment saine pour cela.

jardin-toit-immeuble

VOUS AUREZ BESOIN :

Espace

Les tailles minimum/maximum d’un jardin sur le toit dépendent de la structure elle-même. Les principales considérations sont la capacité de charge et de résistance à l’eau. Est-ce que le toit est assez résistant pour supporter la marche régulière et le poids de pots lourds ou des lits surélevés ? Qu’en est-il d’un arrosage fréquent et des possibles fuites ?

 

Lumière du soleil

Jardinier sur un toit signifie que vous serez probablement libéré de l’ombre, donc ceci est un atout majeur. Toutefois, si vous avez l’espoir de cultiver des légumes qui nécessitent de l’ombre, vous aurez besoin de mettre en place une sorte de toile d’ombrage ou une structure.

 

Sol

Les jardins sur les toits, en particulier ceux avec de grandes cultures, privilégient les milieux de culture plus légers et utilisant des additifs nutritionnels. Pour la plupart des minimalistes, cependant, les plantes en pot sont probablement la voie à suivre pour un jardin sur le toit, car vous avez un contrôle total.

 

Irrigation

L’eau peut être un inconvénient pour du jardinage sur les toits. Si votre toit est difficile d’accès, le temps supplémentaire et les efforts nécessaires pour obtenir de l’eau là-haut seront conséquents. Vous devrez déplacer votre jardin dès qu’il pleut pour avoir un maximum d’eau naturelle. Vous serez vous-même mouillé, ce qui signifie que vous pourriez aussi amener de l’eau jusqu’à votre appartement. En outre, vous aurez envie de vous assurer que tout l’arrosage que vous faites ne cause pas de dommages au toit.

 

Les fournitures

Ce sont essentiellement les mêmes que pour le jardinage avec des pots. La seule chose supplémentaire à prendre en compte est l’excès de vent. Si votre bâtiment est haut, le vent peut perturber vos plantes, de sorte que vous devrez construire une barrière robuste.

 

Temps

Puisque vous n’êtes pas à proximité d’autres herbes ou arbres, l’investissement de temps peut être réduit parce que vous ne serez pas obligé de faire autant de désherbage. Cependant, vous devez aussi tenir compte du temps qu’il vous faut pour arriver à votre toit pour vérifier votre jardin quelques fois par jour. Vous aurez également à passer du temps à éplucher les règlements municipaux et parler avec votre propriétaire pour vous assurer que le toit de votre immeuble peut même supporter ce poids supplémentaire ou si tout simplement c’est autorisé dans le règlement de copropriété !

 

OPTION 4: LE SYSTÈME HYDROPONIQUE

Les Systèmes hydroponiques peuvent être une excellente solution pour les jardiniers urbains minimalistes. Tout est quasi autonome, les problèmes de sol sont éliminés car il n’y a pas de sol, et très peu d’espace est nécessaire. Vous aurez également le bénéfice de ne pas avoir de mauvaises herbes dans votre jardin, ce qui est un soulagement sérieux pour votre dos !

window-farm

VOUS AUREZ BESOIN :

 

Espace

Si vous choisissez une option verticale comme un mur, vous pouvez monter très haut Pensez-y : vos murs sont probablement la partie la moins valorisée de votre maison ou d’un appartement à l’heure actuelle ; vous pouvez ajouter de la valeur à votre vie par de la nourriture cultivée dessus. Quand elles sont basées sur le sol, les options verticales couvrent généralement moins de 3 mètres carrés d’espace. En cultivant à la verticale, vous optimisez un espace traditionnellement gaspillé en un jardin productif.

 

Lumière du soleil

En cultivant à la verticale, vous faites face à un dilemme : comment vos plantes obtiennent-elles la lumière directe du soleil quand elles ne sont pas toujours tournées vers le ciel ? Si vous configurez un système vertical à l’extérieur, vous devez trouver un endroit exposé au sud. Si vous cultivez à l’intérieur ou sur un balcon qui ne fait pas face au sud, vous aurez besoin de l’éclairage artificiel.

 

Sol

Quel sol ? Les Systèmes de culture hydroponique incorporent souvent un certain type de croissance moyenne qui n’irriguent pas les racines aussi bien qu’un vrai sol. Ceci vous oblige à ajouter des nutriments lorsque vous arrosez vos plantes, un petit prix à payer par rapport à l’optimisation de la terre nécessaire pour d’autres méthodes de croissance.

 

Irrigation

En utilisant des puits et des pompes, les systèmes hydroponiques intègrent l’irrigation dans la culture de sorte que tout ce que vous devez faire est recharger en eau lorsque cela commence à devenir sec.

jardiner-sur-les-toits

Les fournitures

Seuls quelques systèmes hydroponiques sont prêts à l’utilisation. Ils ont besoin d’être mis en place. Si vous avez un ensemble d’outils de base, vous serez en mesure de mettre en place un kit hydroponique sans beaucoup de mal. Si vous voulez construire votre propre système hydroponique, vous aurez besoin de plus fournitures, naturellement sans oublier une bonne quantité d’agriculture, d’ingénierie, de savoir-faire et de plomberie. Vous aurez besoin d’un supplément nutritif, de semis et l’électricité, qui peuvent tous être trouvés facilement en ligne ou même en local !

 

Temps

Vous aurez besoin de configurer votre système de culture hydroponique, qui ne devrait pas prendre plus de quelques heures tout au plus. Après cela, vérifier la santé de vos plantes et l’entretien de votre système sont les charges ponctuelles clés. Encore une fois, vous devez aussi vérifier les règlements municipaux ou de copropriété avant de configurer votre mur hydroponique.

 

Option 5 : L’AQUAPONIE

Voici ce qui est certainement la meilleure des solutions. L’aquaponie est un mélange de pisciculture et d’hydroponie. Si vous recherchez une solution autonome qui nécessite un minimum d’entretien, c’est la solution qu’il vous faudra choisir. L’aquaponie est ludique, offre des récoltes abondantes et saines en légumes et protéines (si vous décidez de manger les poissons). L’aquaponie peut se présenter sous diverses formes afin d’entrer facilement dans votre domicile et de trôner fièrement au milieu de votre salon par exemple.

VOUS AUREZ BESOIN :

 

Espace

Il y a deux aspects en prendre en compte pour l’aquaponie. Le premier est le kit que l’on fabrique à partir de cuves IBC ou de tonneaux de récupération. Ces systèmes-là sont davantage destinés à être dehors. Mais pour les jardiniers urbains, il existe des kits aquaponiques tout prêts comme le Permacube qui fait entrer l’aquaponie dans votre salon. Ce kit fabriqué en France par des artisans français a été conçu pour s’intégrer parfaitement avec votre intérieur que vous soyez dans une maison à la campagne ou bien dans un appartement en plein centre-ville. L’espace est donc réduit dans le cas présent.

 

Lumière du soleil

Il est important d’apporter au système aquaponique un minimum de 6 heures de lumière par jour. Si vous n’êtes pas en mesure de le faire, optez pour de la lumière artificielle qui favorisera la croissance de vos plantes.

 

Sol

Là encore, il n’y a pas de sol. Le système aquaponique d’intérieur se trouve à votre hauteur ce qui préserve vos lombaires. Les poissons sont visibles à travers une vitre qui est à la hauteur des enfants. Pour ce qui est de la culture à proprement parler, le sol est remplacé par du substrat qui est généralement constitué de billes d’argiles expansées favorisant la circulation de l’eau et de l’air dans le lit de croissance.

 

Irrigation

L’aquaponie permet d’économiser 90 % du volume d’eau que vous utiliserez dans un jardin aquaponique. Une fois votre système opérationnel, vous n’aurez besoin de rajouter de l’eau que s’il y a évaporation. Le fondement même de l’aquaponie est que l’eau est enrichie en nutriments grâce aux déjections de poissons qui sont transformés par des bactéries nitrifiantes. L’eau est ainsi apportée aux plantes par une pompe qui absorbent ces nutriments et nettoient l’eau pour les poissons, le cycle est bouclé.

 

Les fournitures

Si vous décidez de faire vous-même votre kit aquaponique, je vous propose de suivre l’excellent tutoriel pour la construction à partir de cuves IBC. Tout est détaillé du début jusqu’à la fin. Si vous optez pour un système tout prêt tel que le Permacube, vous recevrez tout le nécessaire dans votre colis. Pas de bricolage, tout est prêt à l’emploi !  

Temps

Que vous choisissiez un système fait maison ou un kit tout prêt, il y a le cyclage de votre système qui est incompressible. C’est-à-dire le temps que les premières bactéries se développent dans votre système pour nitrifier les déjections de poissons. À noter que le permacube vous sera livré avec des bactéries nitrifiantes ce qui accélérera le cycle de l’azote.

Pour l’entretien de votre système, un coup d’œil chaque jour sur la santé de vos plantes et de vos poissons devrait suffire. Un test plus poussé de l’eau 2 fois par semaine apportera une tranquillité d’esprit supplémentaire.

L’aquaponie est le système qui vous permet en milieu urbain d’avoir accès à une alimentation saine que vous cultivez chez vous sans complications. Vous ferez des économies sur votre facture alimentaire, mangerez sainement et inculquerez des valeurs fondamentales à vos enfants.

 

Conclusion

En prenant en compte tous les éléments que nous venons de voir ensemble, vous aurez une bonne idée de la méthode de jardinage urbain et du lieu qui aura le plus de sens pour vous.

Prenez un mètre ruban et tracez l’endroit où vos pots peuvent aller, examinez vos murs extérieurs pour voir si l’un d’entre eux a l’exposition au soleil idéale, poussez les meubles pour accueillir votre kit aquaponique d’appartement.

Entrez en contact avec le département agricole d’un collège local pour en apprendre davantage sur le sol.

Parlez avec vos voisins sur les méthodes qui ont fonctionné pour eux, et pourquoi ne pas envisager de faire équipe pour réduire la charge de travail.

Quelle que soit la méthode de jardinage que vous choisirez, des solutions existent pour vous aider à faire entrer la nature dans votre paysage urbain.

 




Une question, une réaction, un témoignage ou une suggestion? Laissez-moi un commentaire! :-)